Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 10:32

Guide d'achat Alfa Roméo 8C Competizione V8 450 ch DIN:

 

Quand le constructeur automobile italien Alfa Roméo a présenté en Septembre 2003 la maquette de son futur coupé ultra-sportif baptisé «8C Competizione» sur les stands du «Salon de l'automobile de Francfort» en Allemagne, Alfa voulait certainement nous rappeler son passé sportif glorieux, notamment en course de «Sport-Prototypes» de 1967 à 1977, en s'inspirant de son modèle vedette, la 33/2 de compétition déclinée en version routière: la «33 stradale» dont seulement 18 exemplaires sortiront de l'usine d'Arese.

 

En cliquant sur ce lien: fiche technique et historique de l'Alfa 33 Stradale, sur Wikipédia ou sur cet autre lien sur Motorlegend, vous trouverez des photos de l'Alfa 33 Stradale pour comparer sa ligne avec celle de la 8C que l'on peut voir dans cette séquence vidéo ou sur cette vue de ¾ de la face avant:

Pour le design de la partie arrière compacte et surélevée avec ses petits feux ronds encastrés et cerclés de chrome, le centre de style d'Alfa Roméo puise là aussi son inspiration dans ses versions compétition client comme la «GiuliaTZ» - TZ comme «Tubolare Zagato» - dont les photos de la partie arrière de la carrosserie sont visibles sur ce forum dédié Alfa Roméo: «Alfa Romeo-Online».

 

La version commerciale définitive a été présentée au «Mondial de l'Automobile» à Paris en Septembre 2006. A l'occasion de la manifestation automobile «Roquebrune Motors Show» dans le département du Var, parmi les voitures de sport qui étaient rassemblées ce Dimanche 30 Août 2009, j'ai pu filmer un des 39 modèles commercialisés en France sur les 500 exemplaires fabriqués dans le monde par Alfa Roméo entre 2007 et 2008 comme l'indique cet article sur Wikipédia consacré à la 8C Competizione...

 

Comme on peut le voir écrit sur le sigle chromé à l'extérieur du véhicule sous le rappel de clignotant subtilement intégré à la prise d'air sur la photo ci-dessous, c'est bien le «Centro Style» Alfa Roméo dirigé à l'époque par Wolfgang Egger qui est à l'origine du design néo-rétro de l'Alfa 8C:
Un style Alfa reconnaissable à ces fameuses jantes en forme de trèfle qui distinguent les modèles sportifs de la marque comme la 156 GTA et 147 GTA:

L'aérodynamique elle aussi a été soignée comme le montre la finesse des rétroviseurs...

 ...qui reprennent la forme en goutte d'eau des vitres latérales:

Personnellement, cette cohérence dans le style et ce souci du détail font de cette Alfa Roméo 8C Competizione une voiture esthétiquement très réussie.

 

D'ailleurs, au-delà de l'esthétique, les énormes jantes en 20 pouces de diamètre fortement ajourées et les pneus larges spécialement étudiés pour la 8C, Pirelli Pzéro en 245 mm de large à l'avant et 285 mm à l'arrière, ne font pas de la figuration puisqu'ils contribuent aussi à améliorer la motricité, vu la puissance développée par le moteur V8.

 

En effet, comme je l'ai déjà expliqué dans cet article sur les voitures de sport italiennes ici VIDEO N°3: VEHICULES SPORTIFS HISTORIQUES ITALIENS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX-2009, l'âme d'une voiture fabriquée par Alfa Roméo c'est avant tout son moteur, le «cuore sportivo», et avec la 8C ce ne sont pas moins de 450 ch DIN au régime maximum de 7000 tours par minute et un couple de 49 mkg à 4750 tr/min qu'il faut arriver à faire passer sur les seules roues arrières...

 

Ce sont bien des valeurs de couple et de puissance qui correspondent à une grosse cylindrée puisque l'Alfa 8C Competizione est équipée d'un moteur 8 cylindres en V à 90 degrés de 4691 cm3 de cylindrée et 32 soupapes.

 

Avec une carrosserie entièrement composée de carbone, on peut s'attendre à un rapport poids/puissance très favorable, mais en lisant le guide d'achat  très complet sur le site de «l'automobile sportive», il est intéressant de savoir que dans sa catégorie de voitures sportives d'exception avec une conception coupé 2 portes, stricte 2 places et un moteur V8, cette Alfa 8C est la plus lourde avec 1 585 kg, la plus chère à 160 264 euros juste après la Ferrari F430, et pas la plus performante en comparaison avec la Ford GT40 et surtout avec la Chevrolet Corvette C6 Z06...

 

Il n'y a que le rapport poids/puissance à 3,52 kg/ch qui permet à l'Alfa 8C de faire mieux que l'Audi R8 avec 3,72 kg/ch, sachant que la R8 coûte tout de même 52 000 euros de moins.

 

Ce qui est étonnant c'est la comparaison avec celle dont elle s'est inspirée, la «33 Stradale» et ses 3,04 kg/ch, obtenus grâce à un poids très bas de 700 kg pour seulement 230 chevaux DIN, ce qui représente quand même près d'1 tonne en moins sur la balance en sa faveur...

 

Maintenant, pour le futur acheteur qui serait en position de pouvoir se payer cette Alfa 8C, ces chiffres ne sont que des indicateurs pour lui permettre de choisir avec la tête, froidement, sans tenir compte de ce que lui dit son cœur ou ses tripes, surtout s'il n'a pas encore essayé la voiture.

 

C'est pourquoi ce guide d'achat de l'Alfa Roméo 8C Competizione est très intéressant puisqu'il donne l'avis précieux des journalistes / essayeurs de la presse automobile spécialisée comme «Le Moniteur Automobile», «L'Automobile Magazine», ou «L'Auto Journal».

 

Si l'on prend en considération leurs avis unanimes et enthousiastes lors de l'essai sur circuit de la 8C organisé par Alfa Roméo, alors pour celui qui n'est pas rebuté par les boîtes de vitesses robotisées avec les palettes derrière le volant, j'ai retenu une phrase qui résume leurs opinions sur cette Alfa 8C Competizione: «la vraie sportive que Maserati n'a pas...»

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 10:19

Après la publication des photos prises lors de la Bourse Auto-Moto organisée par l'association de collectionneurs d'automobiles anciennes, l'A.S.M Manosque, fin Février 2008 à Gréoux-les-Bains (04800), vous trouverez ci-dessous la seule séquence vidéo que j’ai pu filmer pendant ces deux jours d’exposition de voitures anciennes de collection. 

 

Dans mon précédent article sur les voitures de sport américaines ici VIDEO N°4: VEHICULES SPORTIFS HISTORIQUES AMERICAINS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX-2009 , j’avais abordé les caractéristiques techniques du moteur qui équipe la Corvette C5 cabriolet bleue, au début de cette vidéo.

 

Comme la majorité des Corvettes produites par le constructeur automobile américain Chevrolet, ce ne sont pas moins de 8 cylindres en V à 90 degrés qui animent ce moteur de grosse cylindrée, soit 5665 cm3, qui se déplacent à un régime maximum de 5400 tours par minute, développant ainsi une puissance maximale de 344 chevaux DIN.

 

Le moteur de la Corvette C4 cabriolet jaune que vous pouvez voir à gauche de la C5 sur la vidéo a servi de base à sa conception, c’est pourquoi on en retrouve logiquement les caractéristiques, soit un V8 5,7 Litres qui va de 205 CV DIN pour le premier modèle C4 commercialisé en 1984 à 405 CV DIN pour la version la plus sportive, la ZR-1, quand la production a cessé en 1996.

 

Le propriétaire de la Corvette C4 est en train d’expliquer les moyens d’améliorer le remplissage d’air dans les 8 cylindres en V du moteur. On peut remarquer la forme du conduit d’admission d’air sortant par le haut du moteur qui s’élargit en arrivant au niveau de la calandre, créant ainsi un «effet Venturi».

 

De chaque côté de cette pièce d’admission d’air en plastique peint en rouge, vous noterez aussi les phares rétractables peints couleur carrosserie que l’on aperçoit dans leur position à l’envers, prêt à être basculés à l’endroit, face à la route.

 

Une fois ouvert, le très imposant capot moteur qui bascule d’un bloc vers l’avant comme sur les BMW laisse apparaître les impressionnants passages de roues qui abritent des jantes chromées Chevrolet (en option) à 10 branches. D’après la fiche technique que j’ai trouvé sur ce site spécialisé dans l'actualité automobile: «Autotitre», la version LT-1 de la Corvette C4 produite de 1993 à 1996 était équipée d’origine avec des jantes de 17 pouces et des pneus de dimension 255/45 ZR 17 à l’avant et 285/40 ZR 17 à l’arrière...

 

Sinon, à l’intérieur du véhicule, côté conducteur, on peut remarquer le tableau de bord en arc de cercle de type aviation comme sur celui du constructeur automobile suédois SAAB, mais avec en plus un compteur digital au centre et un grand nombre de boutons répartis autour du volant, comme l’on trouve dans les cockpits d’avions.

 

Pour accéder aux photos vue avant et arrière de ce modèle C4 cabriolet jaune avec sa capote en toile fermée, ainsi que celles d'autres coupés sportifs américains de la marque Chevrolet ou Pontiac vous pouvez cliquer sur cette image:

Pour trouver des informations qui vous aideront à mieux choisir pour acheter cette quatrième génération de Corvette C4 vous pouvez cliquer sur ce lien avec le guide d’achat de la Chevrolet Corvette C4 du site «Motorlegend», un des plus complet sur le sujet, avec un essai routier qui traduit bien ce que l’on ressent en écoutant la sonorité du moteur au ralenti et à l’accélération...

Repost 0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 11:11

Il est vrai que la polyvalence n’est pas ce qui caractérise les coupés sportifs américains, qui sont conçus pour privilégier les sensations en ligne droite, souvent au détriment de l’efficacité en virages, avec une recette: un moteur V8 positionné à l’avant, genre 6 ou 7 Litres de cylindrée qui donne des valeurs de couple impressionnantes se traduisant par la sensation d’être collé contre le siège à l’accélération, et un mode de transmission aux roues arrières permettant de faire patiner à loisir la gomme des pneus aux dimensions généreuses.

 

En effet, il est bon de savoir qu’une voiture sportive qui se respecte aux U.S.A ne semble pas se concevoir autrement qu’avec une bonne dose de testostérone bien masculine, comme l’indique l’appellation anthropomorphique "Muscle Cars", donnée à ces versions sportives, à l’image des compétitions de sport automobile américain "Nascar" ou "Indycar". Il suffit de regarder le film "Jours de tonnerre" du réalisateur Tony Scott pour en être convaincu...

 

Au même titre que le constructeur automobile Ford avec sa «Mustang», Pontiac avec sa «Firebird», ou Dodge avec sa «Viper», la Chevrolet Corvette s’inscrit dans la lignée des voitures de sport américaine musclées avec ses gros V8 "Big Block" qui ont atteint des valeurs sur la Corvette C3, la troisième génération de Corvette commercialisée par Chevrolet à partir de 1968, allant jusqu’à 7,4 Litres de cylindrée et développant une puissance maxi de 460 CV mesurés avec la norme "SAE gross" et un couple de 63 Mkg qui laisse rêveur...

 

Un aparté dans ce guide d'achat me semble nécessaire à ce stade pour comprendre les valeurs de puissance SAE annoncées par les constructeurs américains comme je l’avais fait avec la norme DIN allemande dans cet article ici VIDEO N°2: VEHICULES SPORTIFS HISTORIQUES FRANÇAIS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX - 2009 . Jusqu’en 1972, le fabricant d'automobiles General Motors (GM) mesurait la puissance de ces moteurs en se référant à la norme "SAE gross" de la «Society of Automotive Engineers». Pour obtenir une valeur plus réaliste c’est-à-dire en retirant la puissance prélevée au passage par les périphériques du moteur, soit 10 à 25 % de moins dans le cas des automobiles américaines, il est juste bon de savoir que G.M est passé par la suite à la mesure "SAE net" qui correspond à la mesure de puissance européenne DIN du «Deutches Institut für Normung».

 

Les équivalences fournies par un article de Didier Lainé intitulé «Technique moteur: DIN, SAE, BHP, et KW» sur le site Motorlegend permettent de comparer les puissances "DIN" et "SAE gross", notamment sur la Corvette C3 7,4 litres de 1971 qui annonce 430 CV en mesure SAE, alors qu’en mesure de puissance DIN on obtient 330 CV, soit – 23% environ.

 

Comme je le disais dans mon précédent article retraçant l’historique des voitures de sport italiennes et leurs concepteurs-designers ici VIDEO N°3: VEHICULES SPORTIFS HISTORIQUES ITALIENS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX-2009 , ce ne sont pas moins de 6 générations de Corvette qui ont traversé le temps, depuis 1953 avec le premier modèle Corvette C1 jusqu’à nos jours en 2009 avec le modèle Corvette C6 toujours commercialisé par General Motors, contribuant ainsi largement à entretenir la légende du coupé sportif Grand Tourisme 2 places américain emblématique de la marque.

Corvette-C3-stingray-jaune-V8-5,7L

La version Corvette C3 à boîte automatique 4 vitesses parée d’une peinture jaune citron du plus bel effet avec son option toit amovible T-Top transparent démontable en deux parties qui apparaît sur l'image ci-dessus et sur cette vidéo est le dernier modèle de cette génération à être restylé avant d’être remplacé par la génération suivante de Corvette C4 en 1984. En cliquant dessus vous accéderez aux photos d'une autre Corvette C3 Coupé avec une carrosserie peinte en gris clair, une Corvette C4 Cabriolet dans le même coloris jaune, et une Corvette C2 Sting Ray dans une teinte bleue marine.

 

La page réservée à la  Corvette C3  sur le site communautaire français d'échange d'informations sur la Corvette «Corvette Online» nous indique que, comme sur les coupés sportifs français et italiens tels les Alpine A110 et Alpine 310 ou la Ferrari 308 GTBi, "l'usage massif des matières plastiques et de l'aluminium permet à la dernière évolution de la C3 de perdre 113,5kg dans sa première année d'existence" en 1980, avec un poids qui reste autour de 1,5 tonnes.

 

La puissance des V8 "small block" de 5 litres et 5,7 litres montés sur cette dernière évolution du modèle Corvette C3 produit de 1980 à 1982 va de 190 à 230 CV DIN, ce qui permet d’obtenir une vitesse de pointe de 210 km/h et un 0 à 100 franchi en 6,5 secondes, pour les versions les plus performantes.

 

Quant aux caractéristiques techniques de cette version Corvette C5 Cabriolet bleue, apparue en 1998, elle dispose elle aussi d’une boîte de vitesse automatique à 4 rapports qui lui permet de faire passer aux roues arrières les 344 CV DIN et les 49,2 Mkg du moteur V8 5,7 litres avec un poids contenu de 1 472 kg, obtenant ainsi des résultats en performances pures qui la place dans une autre catégorie, celle des cabriolets d’exception les plus sportifs de la planète, au même niveau que la Porsche 911 type 996 Cabriolet sortie la même année: 0 à 100 en 4,7 secondes, 1000 mètres DA en 24,4 secondes, et 269 km/h en vitesse maxi.

Corvette-C5-cabriolet-V8-5.7L-344ch

 

Le tout pour un prix à l’époque de 100 000 francs (15 000 €) inférieur à la Porsche et un comportement routier qui progresse de façon spectaculaire, d’après les journalistes qui ont fait l'essai sur route, comme l'indique le titre de ce paragraphe: «Chevrolet Corvette C5: un comportement facile et équilibré» dans le comparatif «BMW M3 contre Chevrolet Corvette 98» sur le site Caradisiac, ce qui est vraiment une consécration pour une voiture de sport américaine aussi emblématique que la Chevrolet Corvette...

 

Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:49

Dans cette troisième vidéo, nous allons examiner 3 versions sportives conçues et construites par les constructeurs automobiles italiens et leurs carrossiers-designers avec des noms prestigieux comme "Bertone", "Guigiaro", ou "Pininfarina".

 

 

En effet, la réputation de l’Italie n’étant plus à faire en matière de Design Automobile, je vais introduire ce premier coupé sportif 2 places Alfa Roméo 2000 GTV Bertone, en faisant référence au dessin caractéristique de sa calandre à 8 barrettes horizontales chromées, avec le médaillon Alfa positionné en haut, au centre, à l’intérieur du V, qui permet de le distinguer extérieurement des autres versions. Car le dessin original du «coupé Bertone» a été conçu par un jeune designer de 22 ans, Giorgetto Guigiaro, au début des années 60, et n’a pas subi d’évolution stylistique majeure en 13 ans de carrière... ce qui explique cette esthétique d’un autre temps pour un modèle qui date de 1972: ceinture de caisse haute peu profilée, avant large et massif, pare-brise incurvé avec montants chromés, faible surface vitrée.

 

Cependant, cette version "compétition" type GTAM, dotée d’un kit carrosserie plus agressif avec ailes élargies et pare-chocs AV/AR intégrés, kit complété par un léger spoiler à l’avant, des suspensions et des ressorts rabaissés, des pneus larges presque slick montés sur des jantes démontables à fort déport extérieur, permet de rendre le style plus en rapport avec son époque de production.

 

Le 2 mots sous forme de slogan qui définissent le mieux la philosophie de la marque, c’est "Cuore Sportivo"... état d’esprit que l’on retrouve bien sur cette version "2000 GT Veloce" avec son moteur 4 cylindres de 1962 cm3 qui a visiblement bénéficié d’une préparation moteur puisque la puissance, aux dires de son propriétaire, est de 185 CV (DIN ou SAE ?), soit une augmentation de + 53 CV par rapport aux 132 CV DIN d’origine, ce qui confirme sa filiation avec le sport automobile, d’autant qu’elle est équipée de série d’un pont arrière autobloquant qui lui procure plus de motricité dans les virages, et qui vient compenser le comportement sur-vireur de cette propulsion...

 

Pour mieux comprendre le principe du transfert de masse appliqué à la conduite automobile, je vous invite à vous rendre sur cette page d’explications avec des exemples concrets pour illustrer le sur-virage et le sous-virage en fonction du mode de transmission et de la position du moteur sur le véhicule: Propulsion et moteur en porte-à-faux arrière sur la Porsche 911, traction avant et moteur à l’avant sur la Saab 900 Gripen, propulsion à moteur central pour la Porsche Boxster, et 4 roues motrices permanentes pour la Subaru Impreza GT Turbo, sur ce site communautaire d'internautes passionnés d'automobile: passionautomobile.info à la rubrique technique automobile

 

En matière de Design appliqué à l’automobile, il est courant d’associer la Marque Ferrari avec le nom du célèbre designer Pininfarina, sachant que de nombreux modèles ont été conçus par le célèbre centre de style turinois depuis le début de leur collaboration en 1952 avec le projet "Ferrari 212 Inter".

 

Ce que l’on sait moins, c’est que le carrossier Bertone a commencé sa collaboration avec Ferrari en 1962 avec la 250 GT Berlinetta Lusso et que la ligne du modèle qui précède la Ferrari 308 GTSi visible sur cette vidéo et sur cette photo ci-dessous (qui donne accès à l'album des voitures sportives italiennes de collection), la Dino 308 GT4, était dessinée par la maison Bertone.

Ferrari-308-magnum-rouge-GTS-Targa 

Avec cette 308 GTSi de 1981, on reconnait le coup de crayon du bureau d’études Pininfarina avec ses lignes fluides et acérées et son aérodynamique travaillée: capot plongeant avec phares rétractables, prises d’air intégrées, arrière relevé avec béquet intégré, à l’image des BB 512 et Dino 246 GT qui s’inscrivent dans cette lignée des coupés berlinette 2 places chers à la marque au cheval cabré.

 

Pour être plus précis sur le modèle filmé dans la vidéo, en me basant sur la fiche technique remplie par le propriétaire et les informations trouvées sur Internet, je dirais qu’on a affaire à une Ferrari 308 GTSi option "Mille Chiodi" pour 4 raisons: 1->la plaque distinctive est apposée sur le tableau de bord, côté conducteur, 2->elle n’a pas d’aileron de toit, 3->le spoiler avant est plus enveloppant, et 4->elle est équipée de pneus TRX, avec le dessin caractéristique des sculptures en V. Donc logiquement elle devrait être équipée du moteur 8 cylindres en V de 2926 cm3 implanté transversalement en position centrale arrière, d’une puissance maxi de 214 CV DIN et non 240 CV DIN comme cela est indiqué, car ce sont les versions Quattrovolve (32 soupapes) sorties plus tard, en 1982, avec l’aileron de toit monté en série, qui peuvent se permettre de revendiquer cette puissance.

 

En effet, la dépollution des moteurs pour le marché américain en 1980 va contraindre Ferrari à adopter le système d’injection mécanique indirect Bosch K-Jetronic en remplacement des 4 carburateurs double corps inversés, ce qui aura pour effet de faire passer la puissance de 255 CV DIN à 214 CV DIN pour emmener les 1385 kg de l’auto, la carrosserie découvrable "Targa" étant rigidifiée, donc obligatoirement alourdie par l’utilisation de l’acier à la place du polyester.

 

Ce n’est pas l’acteur Tom Selleck qui dira le contraire, puisque la version "américaine" de la 308 GTS (toit amovible) à injection qu’il conduit dans la série télévisé "Magnum" était en effet bien moins performante que celle à carburateur: 28,7 secondes soit 3,3 secondes de plus pour franchir 1000 mètres Départ Arrété, et 240 km/h contre 252 km/h en vitesse maximum, même si c’est largement suffisant pour la faire déraper des roues arrières à l’accélération sur terrain gras pendant l’indicatif de début d’épisode... ceux qui ne voulaient pas rater le générique de la série, diffusée le Dimanche après-midi dans les années 80, pour voir et revoir cette séquence de dérapage contrôlé, se reconnaîtront...

 

On avait l’image mais ce qui manquait c’était le son du moteur V8 Ferrari, alors que sur la vidéo on entend bien ce moteur V6 2.8 L 24 soupapes double turbo monté par Maserati sur cette Ghibli 2 rouge vermillon, même si au départ je me suis laissé trompé par la sonorité grave des échappements qui m’a fait pensé à une cylindrée plus conséquente, à la mesure de ce que l’on est en droit d’imaginer d’une marque de voitures de sport aussi prestigieuse...

 

En effet, depuis la présentation de la deuxième version de son modèle Ghibli au salon de Genève en Mars 1993, Maserati n’aura qu’un seul objectif: déjouer les politiques fiscales italiennes et européennes avec un moteur de faible cylindrée: 2790 cm3 et pourtant des performances élevées grâce à l’adjonction de 2 turbo compresseurs: 285 CV DIN à 5 500 tr/mn et surtout 43,9 Mkg de couple placés assez bas à 3750 tr/mn qui lui permet d’atteindre la vitesse de 260 km/h et le 1000 Mètres D.A en 26,6 sec.

 

Comme je le disais dans mon précédent article sur les voitures sportives françaises de collection ici VIDÉO N°2: VÉHICULES SPORTIFS HISTORIQUES FRANÇAIS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX - 2009 , la greffe d’un ou plusieurs turbos sur un moteur de faible cylindrée réunit de nombreux avantages non seulement en terme de coûts pour le constructeur automobile mais aussi pour l’acheteur potentiel avec un cheval fiscal moins élévé.

 

Franchement, si je n’avais pas vu le Trident, signe distinctif de la marque, à l’avant sur la calandre, de côté sur la trappe à essence, et à l’arrière sur le coffre, j’aurais pensé voir une Lancia et non une Maserati tant l’esthétique et le style sont proches de la Lancia Delta Intégrale dessinée par le centre de style Bertone. D’autant que même si la Ghibli II est un coupé 2 portes Tricorps, elle est en fait assez longue (4,20 m.) pour être une 4 portes et la malle arrière remonte assez haut pour gommer le décrochement à la base de la lunette et l’assimiler à une Bicorps; alors que la Delta est une compacte 4 places Bicorps qui fait penser à un coupé 2 places, les portes arrières étant si bien intégrées qu’on ne les distingue plus.

 

La similitude dans le style au niveau carrosserie ne s’arrête pas là puisqu’on retrouve sur la Ghibli 2 ce qui fait la spécificité de la Delta Intégrale: formes plutôt carrées et anguleuses avec des lignes tendues, avant imposant avec les pare-chocs intégrés au spoiler, prises d’air sur le capot pour procurer plus d’air frais aux 2 turbos (la Delta n’en possède qu’un) et les ailes sont renflées à la manière des BMW M3 E30 ou des Renault Clio Williams pour pouvoir rentrer des pneus aux dimensions plus généreuses, comme on peut le voir sur la vidéo.

 

Pour avoir accès aux photos des voitures sportives de collection présentes à cette manifestation automobile en 2009 à Gréoux-les-Bains, vous pouvez cliquer sur cette image de Maserati ghibli 2 dans sa teinte rouge assez proche du rouge «Rosso Corsa» commandé majoritairement par la clientèle des automobiles Ferrari.

Maserati-Ghibli-II-V6-Bi-Turbo-285-CV.jpg

Quant à la prochaine et dernière séquence vidéo publiée: VIDEO N°4: VEHICULES SPORTIFS HISTORIQUES AMERICAINS-BOURSE AUTO/MOTO GREOUX-2009, elle concernera 2 générations sur 6 d’un modèle qui aura été et qui reste encore "le coupé sportif américain" de référence commercialisé par un constructeur automobile américain généraliste depuis 1953 jusqu’à aujourd’hui puisque ce coupé, stricte 2 places, est toujours disponible en concession...

 

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 10:04


Sur cette deuxième vidéo filmée à la Bourse Auto/Moto 2009 à Gréoux-les-Bains vous pourrez retrouver ou découvrir 6 modèles sportifs commercialisés par les constructeurs automobile français des années 50 aux années 80:

 

Commençons par le modèle le plus rare, qui marque l’engagement officiel de Renault en compétition en 1951 aux "24 heures du Mans" avec sa 4 CV R1063 "type le Mans".

Renault-4-Chevaux-R1063-35ch

En voyant ce véhicule sur cette photo et sur la vidéo ci-dessus, on peut légitimement se demander si c’est bien l’un des 80 exemplaires produits par la marque cette année-là, reconnaissable à sa couleur "Bleu lazuli", ou plutôt l’un des nombreux exemplaires de série modifiés par la pose d’un kit 1063 vendu par la Saprar, filiale et fabricant d’accessoires pour la marque, comme l’explique ce guide d’achat de la 4CV Renault sur le site Motorlegend spécialisé dans les voitures de sport et de prestige.

 

Ainsi j’ai découvert que cette version sportive est la première dérivée d’un modèle populaire de la régie; on peut dire à ce titre qu’elle est la doyenne des autres versions sportives que sont la Dauphine 1093, R8 Gordini (visible et audible sur la première vidéo publiée ici VIDEO VEHICULES SPORTIFS DE COLLECTION BOURSE AUTO/MOTO GREOUX - 28 FEV./ 1 MARS 2009 ), et R12 Gordini.

 

Concernant les caractéristiques techniques de cette version R1063 de la 4CV sur l'encyclopédie libre wikipédia , on peut lire cet article: "Seuls la carrosserie et le bloc moteur sont de série. La culasse est remaniée pour donner un taux de compression de 8,2, tandis que les pistons, les soupapes et leurs ressorts sont de type différent. L’embiellage renforcé est réalisé en duralumin forgé et traité, et le vilebrequin bénéficie d'un équilibrage plus poussé. Le circuit d’huile a une contenance de quatre litres au lieu de deux sur la 4CV de série. Le moteur, quant à lui, est alimenté par un carburateur double corps et développe une puissance de 35 ch à 5 200 tr/mn, portant la vitesse maximale à 120 km/h."

 

Quant à la version engagée en compétition, elle a bénéficié d’une préparation moteur spécifique lui permettant d’atteindre la puissance de 43 ch DIN à 5 600 tr/mn avec une vitesse maximale de 140 km/h environ. Pour l’anecdote, j’ai trouvé intéressant de savoir qu’avec ce moteur de 4 cylindres et 747 cm3, l’un des 5 véhicules engagés dans la compétition les 23 et 24 Juin 1951 dans cette célèbre épreuve d’endurance, conduit par l’équipage François Landon et André Briat, s’est retrouvé 24ème du classement sur un total de 62 véhicules au départ, premier de sa catégorie 501-750 cm3, et même en bonne position juste derrière des moteurs 6 cylindres (Bentley, Frazer-Nash, Talbot lago), 8 cylindres (Cunningham), et 12 cylindres (Ferrari 212 ou Ferrari 166).

 

Le lien avec le modèle suivant, une Alpine A110, appelée aussi "Berlinette", est tout trouvé puisque le fondateur de la marque en 1955, Jean Rédélé, utilisait de nombreuses pièces de modèles Renault de grande série pour fabriquer ses propres modèles, étant lui-même concessionnaire de la marque au losange, jusqu’à ce qu’elle prenne le contrôle d’Alpine en 1971 et qu’elle devienne l’actionnaire majoritaire en 1973, d’où l’appellation "Renault-Alpine" ou "Alpine-Renault" suivant les modèles rencontrés.

 

En effet, si je fais référence au tableau affiché sur l'article du site Wikipedia consacré à ce modèle sportif qui récapitule l’ensemble des moteurs Renault montés sur l’Alpine A110 en fonction de l’année de production, le véhicule que l’on peut voir sur cette vidéo est équipé du moteur de la R12 TS d’une cylindrée de 1289 cm3 et d’une puissance de 68 ch DIN, les 80 ch annoncés par son propriétaire sur la fiche technique étant sûrement mesurés avec la norme de puissance SAE.

 

Cette norme américaine de mesure de puissance d’un moteur thermique à explosion ne prend pas en compte le filtre à air, le système d’échappement, et les accessoires tels que ventilateur, pompe à eau, à carburant, etc... qui absorbent pourtant 10 à 15 % de la puissance. La puissance mesurée est donc supérieure et ne correspond pas à la réalité du fonctionnement normal d’un moteur, alors que celle mesurée par les normes industrielles allemandes qui donne les chevaux DIN sont plus réalistes, c’est-à-dire qu’elles tiennent compte, dans les valeurs mesurées, de toutes les pièces nécessaires au bon fonctionnement du moteur.

 

Comme c’est souvent le cas, les "Berlinettes" exposées dans les manifestations automobile réunissant des voitures de collection sont dans leur livrée "Bleu Alpine" qui caractérise la marque, mais il est bon de savoir que pas moins de 6 teintes de Bleu différentes et une palette de couleurs de près de 40 teintes étaient proposées à l’acheteur par le constructeur dieppois à l’époque.

 

Ainsi, la spécificité de ce coupé sportif 2 places est de pouvoir atteindre la vitesse de 200 km/h annoncé par son propriétaire mais en réalité 175 km/h d’après ce site consacré aux  Alpine Renault  , avec seulement 68 ch DIN grâce à un poids contenu de 625 kg et une carrosserie monocoque en polyester stratifié positionnée au ras du sol, qui offre peu de résistance si l’on considère sa hauteur: 1113 mm soit 1 mètre et 13 centimètres seulement...

 

Ce qu’on a tendance à oublier c’est que les automobiles sportives commercialisées par les constructeurs français avant les années 70 étaient en majorité des propulsions, c’est-à-dire avec les 2 roues arrière motrices, et avaient un moteur positionné à l’arrière du véhicule, ce qui paraît impensable aujourd’hui, à part BMW qui a toujours été fidèle à ce mode de transmission sur les roues arrière, mais avec un moteur positionné à l’avant.

 

C’était aussi le cas de cette Matra Simca Bagheera X, dans sa 2ème phase de production, qui possède de nombreuses particularités en commun avec l’Alpine A110, comme d’être une propulsion, d’avoir une carrosserie profilée entièrement réalisée en matériaux composites, lui permettant obtenir un CX: coefficient aérodynamique de pénétration dans l’air exceptionnel de 0,33 (0,35 pour la version "X" en phase 2), un record pour l’année de sa présentation officielle à la presse le 14 Avril 1973, et poids de 930 kg sur les modèles sortis d’usine de 1974 à 1976 (1015 kg pour la "X").

 

L’autre innovation de Matra, plus connue du grand public, a été de proposer la première voiture de série à 3 places de front, face à la route, le moteur étant situé transversalement en position centrale arrière, derrière les sièges, comme l’avait fait Lamborghini sur sa Miura, d’où l’appellation de "petite Miura".

 

Pour l’avoir expérimenté, on ne peut oublier cette impression étrange d’être assis à trois, côte à côte, allongés très bas face à la route, avec le moteur qui vibre et se fait entendre dans le dos à chaque accélération, sans toutefois vibrer avec la sonorité attendue d’un coupé sportif puisqu’on est proche du bruit d’une machine à coudre...

 

Sans pouvoir l’identifier avec sa fiche technique habituellement posée derrière le pare-brise, et en me servant des informations trouvées sur Internet et plus particulièrement sur ce site très complet sur la marque Matra, Matrarama (link), je dirais que cette version X de la Bagheera pourrait être une série spéciale "jubilé" sortie des usines en Avril 1979, dotée d’un toit ouvrant noir granité et d’une teinte "rouge laser" avec l’intérieur velours "beige parchemin" et ses nouveaux sièges. Pour la motorisation, c’est obligatoirement un 4 cylindres de 1442 cm3 dont la puissance maxi est de 90 ch DIN à 5 800 tr/mn, emprunté à la Simca 1380 GT.

 

Avec cette Renault 5 Alpine Turbo Coupé dans sa couleur "Bleu Alpine" caractéristique, on est toujours dans la lignée des versions sportives dérivées d’un modèle populaire dont la régie semble être dépositaire, mais avec ce modèle on peut deviner le changement de décennie au niveau technologique lié à l’apparition de la suralimentation et à la généralisation de la transmission sur les roues avant.

 

En effet, Renault se devait de rattraper son retard de puissance par rapport à la Volkswagen Golf GTI en 1982 en montant un turbocompresseur Garret T3 sur le moteur 93 ch DIN de la R5 Alpine "de base". La puissance ainsi obtenue, soit 110 ch DIN à 6000 tr/mn, lui permettant de rivaliser en performances: 1000 mètres départ arrêté en 30 secondes, 0 à 100 en 9,6 secondes, et 190-195 km/h environ en vitesse maxi, soit 1 seconde de mieux que la Golf GTI sur ces mesures, même avec la majoration de cylindrée de 1,6 litres à 1,8 litres ( très peu pour la puissance qui passe de 110 à 112 CV DIN) opéré par la marque allemande cette année-là, pour un poids sur la balance légèrement en faveur de la R5: 870 kg contre 890 kg.

 

Pour rester compétitif en ce début des années 80 sur le marché naissant des petites sportives à traction avant, les ingénieurs de Renault ont bien compris le principal avantage du turbo: pour une cylindrée qui reste inchangée, soit 1397 cm3 sur la R5 Alpine "de base", et pour un coût modéré, on peut obtenir une puissance et surtout un couple supérieur (de 11,5 Mkg à 15,7 Mkg) grâce à un meilleur remplissage en air des cylindres, le tout sans l’inconvénient d’une consommation majorée puisque l’énergie cinétique des gaz d’échappement, qui est vouée au départ à être perdue, est en fait réutilisée pour comprimer les gaz d’admission.

 

L’année 1984 marquera la fin de la production des Alpine A 310 V6 avec son kit carrosserie inspiré du modèle Groupe 4 de 1978 appelé "Pack GT": ailes élargies, jantes Gotti démontables à fort déport "type turbine" en 15 pouces avec des pneus beaucoup plus larges à l’arrière, soit 285/40/15V, qu’à l’avant avec seulement 205/50/15V, spoiler, marche-pieds, becquet/aileron intégré.

 

J’ai été tellement impressionné par l’esthétique imposante, typée compétition, de cette version large de l’A310 V6 dans sa livrée Bleu Marine avec ses reflets violets, que j’en ai oublié la fiche technique... donc rappel des caractéristiques techniques et performances: roues arrières motrices, moteur 6 cylindres en V à 90°PRV de 2664 cm3, 150 cv DIN à 6000 tr/mn, né de la collaboration entre Peugeot Renault Volvo, et emprunté à la Renault 30 TS, pour déplacer un poids de 1020 kg car comme pour l’A110 et la Matra Bagheera, la carrosserie est en matériaux plastiques (polyester stratifié). Ce qui donne des valeurs intéressantes en performance pour une puissance qu’on pourrait qualifier de "faible" au regard de la cylindrée: 1000 mètres D.A en 28,2 secondes, 0 à 100 km/h en 8 secondes environ, et 220 km/h en vitesse de pointe.

 

Toutefois cela n’a jamais été facile pour Alpine et Renault de rivaliser technologiquement avec les modèles sportifs allemands en dépit d’un tarif plus abordable, lorsque l’on sait que le 6 cylindres à plat de la Porsche 911 2,7 L de 1974 (10 ans plus tôt) dans sa version de base, pas la 911 2,7 S, fournissait déjà 150 cv DIN à 5700 tr/mn pour un poids similaire de 1075 kg et franchissait le 0 à 100 en 7,3 secondes pour une vitesse maxi identique. Ne parlons même pas de la 911 SC dont la production a cessé en 1983 et qui atteignait déjà 204 cv DIN à 5900 tr/mn pour des performances qui appartenaient alors à une autre catégorie...

 

Alpine-Renault-A310-Pack-GT-2700VA-V6-150ch

Vous trouverez des photos de ces véhicules sportifs français de collection en cliquant sur l'image de cette Alpine A310 V6 pack GT.

 

La prochaine séquence vidéo publiée concernera les véhicules sportifs de collection commercialisés par les constructeurs automobiles italiens des années 70 aux années 2000 car il y avait aussi des automobiles sportives d’occasion récentes et cependant "collectionnables", à voir pendant ces 2 jours...

 

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 23:07

Une fois le moteur démarré, vous pourrez entendre la sonorité typique d'un 4 cylindres VTEC Honda au ralenti comme en accélération et admirer le design intérieur avec l’affichage digital des indicateurs de niveau d’essence et de température du liquide de refroidissement qui s’allument sous leur protection en plexiglass transparent, côté passager.

Diodes-tableau-bord-Honda-Prelude-4G.jpg

C’est ce qui fait toute l’originalité de ce tableau de bord qualifié de "futuriste" par les journalistes de la presse automobile, à l’image des voitures japonaises commercialisées dans les années 90, à la pointe de la technologie.

 

Vous trouverez sur ce blog une vidéo commentée expliquant en images le fonctionnement des 4 roues directrices (4WS) dont les modèles 2.2 i VTEC et 2.3 i sont dotés de série:

VIDÉO: EXPLICATION SUR LE FONCTIONNEMENT DES 4 ROUES DIRECTRICES DE LA HONDA PRÉLUDE 2.2 VTEC 4G

   

 

Repost 0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 16:48

Tableau-bord-conducteur-Honda-Prelude-4G.jpgCette troisième vidéo vous permettra de voir d’autres détails du véhicule à l’intérieur comme la vue en tant que conducteur ou passager, le volant 4 branches et le pommeau, en cuir tous les 2, le tableau de bord électroluminescent, futuriste à l’époque et unique sur ce modèle, ainsi que les commandes de climatisation, de toit ouvrant:

mecanisme-toit-ouvrant-electrique-honda-prelude4G

A l’extérieur vous pourrez apprécier l’état exceptionnel de la carrosserie pour un véhicule commercialisé il y a 18 ans, ainsi que le fonctionnement du toit ouvrant électrique dont la conception et la cinétique sont irréprochables à l’usage. En effet, on ne peut que féliciter Honda qui a équipé d’origine tous les modèles Prélude 4G (de quatrième génération), et ce sur toutes les motorisations disponibles au moment de sa commercialisation: le 2.0i de 133 ch, le 2.3i/4WS de 160 ch, et bien sûr le 2.2i VTEC/4WS de 185 ch à partir de 1992, jusqu'en 1996.

La visite se termine par une vue dans le coffre de 270 dm3 avec sa trappe à ski dans la banquette arrière et la roue de secours au dessous.

 

Les 2 prochaines vidéos vous feront goûter à la sonorité du moteur: VIDÉO: VISITE GUIDÉE SONORITÉ MOTEUR HONDA PRÉLUDE 2.2 i VTEC 4WS , ainsi que les 4 roues directrices en action à l'arrêt: VIDÉO: EXPLICATION SUR LE FONCTIONNEMENT DES 4 ROUES DIRECTRICES DE LA HONDA PRÉLUDE 2.2 VTEC 4G...

 

 

Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 10:41

Moteur-Honda-Prelude-2.2-Vtec-185-ch-din.jpgLe moteur que l'on aperçoit au début de la vidéo est bien celui de la Honda Prélude 4G doté de 2,2 litres de cylindrée avec un double arbre à came à 16 soupapes DOHC, à injection électronique programmée PGM-FI, Modèle 1994.

 

La deuxième partie de la vidéo permet de voir l'intérieur de la voiture avec la vision des passagers assis aux places arrières, mais aussi l'habitacle...

Interieur-Honda-Prelude-2.2-Vtec-4G.jpg

Pour voir d'autres détails du tableau de bord, la carrosserie, le fonctionnement du toit ouvrant, et la vue côté passager: VIDÉO: VISITE GUIDÉE HABITACLE/CARROSSERIE HONDA PRÉLUDE 2.2 i VTEC 4WS

 

Pour écouter la sonorité du moteur Honda VTEC au ralenti et à l'accélération: VIDÉO: VISITE GUIDÉE SONORITÉ MOTEUR HONDA PRÉLUDE 2.2 i VTEC 4WS

 

Repost 0

Présentation

  • : Guide d'achat des modèles sportifs d'occasion
  • Guide d'achat des modèles sportifs d'occasion
  • : Partage et échange d'informations sur les automobiles sportives d'occasion: articles, vidéos, photos des magazines de la presse écrite et des sites web spécialisés marques ou modèles sportifs, rares, d'exception, de prestige, de luxe, de collection, ou Grand Tourisme, ainsi que les catalogues des constructeurs automobiles.
  • Contact

Profil

  • C. De Rochas
  • Mon intérêt pour les modèles sportifs, rares, d'exception, de prestige, de luxe, de collection ne date pas d'aujourd'hui! J'ai baigné dans cet univers dès ma naissance et même sûrement avant...le R.D.V du salon de Genève était incontournable
  • Mon intérêt pour les modèles sportifs, rares, d'exception, de prestige, de luxe, de collection ne date pas d'aujourd'hui! J'ai baigné dans cet univers dès ma naissance et même sûrement avant...le R.D.V du salon de Genève était incontournable

Recherche

Archives